La Commission européenne a lancé début octobre le programme Ouvrir l’éducation pour « stimuler l’innovation et les compétences numériques dans les écoles et les universités ». Partant du constat qu’aujourd’hui, plus de 60 % des enfants scolarisés dans le primaire en Europe n’ont pas accès à un outil informatique performant, la Commission entend encourager toute action qui facilitera l’entrée de l’école dans le monde numérique !

… Une occasion aussi de dresser un bilan chiffré des pratiques numériques du monde scolaire en Europe.

*

Quelques chiffres

  • Entre 50 et 80 % des élèves des États membres de l’UE n’utilisent jamais de manuels scolaires numériques, de logiciels d’exercices, d’émissions radiodiffusées/de podcasts, ni de serious game.
  • 70 % des enseignants, mal à l’aise avec l’utilisation des TIC, souhaiteraient être davantage formés.
  • Une inégale accessibilité à Internet : plus de 90 % des élèves lettons, lituaniens et tchèques disposent d’un accès à l’école, mais 45 % seulement en Grèce et en Croatie.
  • 20 % des élèves de l’enseignement secondaire n’ont jamais ou presque utilisé un ordinateur en classe.
  • Au cours des dix prochaines années, le marché de l’apprentissage en ligne devrait, selon certaines estimations, être multiplié par quinze, atteignant ainsi 30 % de l’ensemble du marché de l’enseignement.

Lire le détail des chiffres sur le Communiqué de presse de la Commission.

*

Partant du constat que l’école ne reflète pas la réalité quotidienne où un nombre croissant de personnes, enfants, adultes, seniors, actifs, inactifs, se servent des technologies numériques dans leur vie de tous les jours, la Commission entend préparer autant que sensibiliser les Européens aux mutations qui les attendent dans un futur très proche. Le programme mobilise les professionnels de l’éducation et les décideurs politiques autour de trois grandes axes :

  • Création de possibilités d’innovation pour les institutions, les enseignants et les apprenants ;
  • Utilisation accrue des ressources éducatives libres (REL), garantissant que les supports didactiques produits à l’aide de fonds publics soient accessibles à tous ;
  • Amélioration de l’infrastructure et de la connectivité des TIC dans les établissements scolaires.

De son côté, la Commission européenne a ouvert un site Internet, Open Education Data, qui permet aux étudiants, aux enseignants et au grand public, d’utiliser et de partager des ressources numériques gratuites. Des fonds de l’Union Européenne ont également permis de mettre en ligne des supports didactiques gratuits. Le site doit servir de forum de discussion, mais aussi d’espace d’échange et de partage de bonnes pratiques.