Projets ENT

Le site de la génération ENT

Les ENT ont 10 ans : la vérité des chiffres par Françoise Coutellier

Les ENT ont 10 ans : la vérité des chiffres par Françoise Coutellier

Françoise Coutellier accompagne la Caisse des Dépôts en tant que consultante dans la mise en place et le suivi du dispositif de mesure d'audience des ENT depuis sa création. Son expertise repose tant sur sa vision des chiffres à l'échelle nationale que sur l'analyse qu'elle tire de ses échanges avec les porteurs de projet lorsqu'elle rédige les notes de synthèse.

Françoise Coutellier, qui vient d’achever avec Gilles Richard une synthèse sur les retours d'usage et l'évolution de l'audience des ENT de ces dix dernières années, nous apporte aujourd'hui son témoignage.

*

Projets-ENT : Les 10 ans de l'ENT, est-ce un vrai tournant ou simplement un chiffre rond ?

Françoise Coutellier : 10 ans, c'est bien entendu l'anniversaire de l'appel à projets lancé par le Ministère de l'Éducation Nationale et la Caisse des Dépôts, très exactement en mars 2003. Mais il se trouve également que, depuis la rentrée 2011, la fréquentation globale des ENT sur l'ensemble du territoire, est devenue massive : on compte ainsi plus de 10 millions de visites de l'ENT en novembre 2011 et cette fréquentation est passée à 13 millions de visites en janvier 2013. Quant au dispositif de mesure d'audience, il entre lui dans sa neuvième année puisque les premières données datent de janvier 2005.

Projets-ENT : L'évolution a-t-elle été progressive ou par à-coups ? Depuis quand pouvons-nous dire que la démarche est vraiment lancée et pourquoi ? 

Françoise Coutellier : L'évolution a été progressive, mais on peut discerner quelques paliers dans cette progression. Ainsi, l'année 2009-2010 a correspondu à une vague de déploiement importante : on passe de quelque 700 établissements déployés à plus de 1200 en fin d'année. L'année suivante, ce sont près de 800 établissements qui sont déployés et rejoignent le dispositif de mesure d'audience. Cette massification des déploiements engendre une massification de la fréquentation avec un à deux ans de décalage : c'est à peu près le temps qu'il faut pour développer des usages importants dans un ENT nouvellement déployé.

Ainsi, a-t-on atteint une masse critique d'établissements déployés dès l'année 2009- 2010 et une fréquentation de l'ENT sur l'ensemble du territoire très significative au cours de l'année 2011-2012.

Pourquoi dites-vous que la fréquentation est désormais « significative » ?

Françoise Coutellier : Le type de métrique utilisé dans le dispositif de mesure d'audience permet de comparer à la fréquentation d'autres sites Web, y compris grand public. Ainsi, selon le classement de l’OJD, avec près de 13 millions de visites en janvier 2013, l'ensemble des ENT intégrés au dispositif se classerait au 17e rang des sites les plus visités de France dans la catégorie des sites d'actualité et d'information, en compagnie de Lesechos.fr et Canal+.fr et au 27e rang des sites Web grand public, juste derrière Paruvendu.fr, Seloger.com et Servicepublic.fr (15.800.000 visites pour ce dernier). Selon le classement de Médiamétrie, les quelque 300 à 320.000 visiteurs uniques par jour de l'ensemble des ENT positionnent le projet dans le registre de fréquentation quotidienne de sites destinés aux professionnels comme VIADEO ou LinkedIn. Et pour faire un clin d’œil aux amis alsaciens, l’ENT du projet ENTEA (région et départements) reçoit mensuellement 25% de visites en plus que le site web des Dernières nouvelles d’Alsace, Dna.fr.

… et donc, quand est-il possible d'affirmer qu'un ENT « marche » ?

Françoise Coutellier : Je crains que cette question ne soit sans réponse ! Des établissements déployés depuis 2004, qui remontent des données depuis 2005, continuent chaque mois d'accroître leur fréquentation par personne… Tout se passe comme s'il n'y avait pas de « plafond » de fréquentation perceptible au bout de neuf années. Pour les curieux et les inquiets, on peut indiquer que les 50 établissements, tous projets, qui connaissent la fréquentation de leur ENT la plus importante en janvier 2013 présentent entre 28 et 54 visites par personne dans le mois.

Quels ont été dans le temps et pour chaque grande étape, les facteurs qui ont véritablement été déclencheurs ?

Françoise Coutellier : Les « styles » de déploiement adoptés par chacun des projets ne paraissent pas étrangers au développement des usages. Un déploiement rapide et massif, comme celui adopté dans les Pays de la Loire, par exemple, sur seulement trois années, et, à l'arrivée, plus de 650 établissements, paraît corrélé avec un développement rapide de la fréquentation de l'ENT. Même démarche dans les Alpes-Maritimes ou dans les Hauts-de-Seine. La fréquentation de l'ENT croît rapidement, non seulement globalement, mais également par établissement, même si certains d'entre eux peuvent rester peu actifs, voire inactifs.

Les établissements « en charge d'expérimentation », maintenus dans ce statut un peu longuement – plus de deux ans – ont davantage un effet « retardant » qu’« accélérant ». On sait l'effet « repoussoir » sur les autres établissements que peut avoir un établissement placé en situation d'expérimentation : le « transfert des innovations » ne peut aucunement être institué comme modèle de développement des usages ; c'est même souvent antinomique. En somme, opérer un déploiement « banalisé » paraît le meilleur garant de développement rapide des usages. Un paradoxe ? Peut être simplement la meilleure manière de placer les usagers dans une situation… d'usage.

Le dernier facteur favorable au développement des utilisations de l'ENT paraît être de déployer l'outil sur des plaques territoriales cohérentes, avec une continuité entre collège et lycée. Des projets comme ENTEA, PLACE, Auvergne, Midi-Pyrénées connaissent à ce titre une fréquentation importante. Les élèves de troisième passent en seconde et retrouvent un ENT familier ; les enseignants qui interviennent au collège et au lycée, les personnels qui travaillent sur plusieurs établissements utilisent la même plate-forme avec un gain notable de temps et d'efficacité ; les parents qui ont des enfants scolarisés dans différents niveaux, ne se perdent pas dans les ergonomies d’outils différents. Dans ces conditions, l’ENT devient rapidement pour les parents, pour les enseignants et pour les élèves, l'outil d'une scolarité enrichie.

Aujourd'hui quels sont les services les plus consultés et par qui ?

Françoise Coutellier : En janvier 2013, les services de vie scolaire représentent 35 % des utilisations de services : ils appellent des visites fréquentes – les notes, les absences,… – et de la part de tous les profils utilisateurs de l'ENT.

C'est ensuite le cahier de textes qui représente plus du quart de la fréquentation. Il faut y voir l’influence du caractère obligatoire de cet outil numérique depuis la rentrée 2011, mais aussi le reflet d'usages infiniment plus complexes et diversifiés que ceux de son ancêtre de papier. Ainsi, un enseignant contacté par téléphone rapportait utiliser le cahier de textes dès la préparation de son cours – il y insère les éléments qui vont être utilisés dans la séquence pédagogique – puis utilisé en cours pour par exemple projeter une vidéo, et enfin redevenu cahier de textes classique pour rendre compte des tâches conduites. Un vrai service plaque tournante ! A ranger, contrairement à ce que l'on fait parfois, parmi les services « pédagogiques » et non de « vie scolaire ».

La généralisation du cahier de textes a d'ailleurs contribué à déplacer l'essentiel du trafic de l'ENT : si le « cœur » des usages de l'ENT fut d'abord le recours aux outils de vie scolaire, puis à la messagerie avec pièces jointes, c'est désormais le cahier de textes qui marque les styles d'usages au sein de l'outil.

Le courrier électronique reste cependant important avec 20 % des utilisations de services. Il est désormais suivi par le travail collaboratif qui représente 8 % des utilisations de services.

Les ENT commencent à se déployer dans le primaire : quelle leçon peut-on tirer de l'expérience capitalisée durant ces dix dernières années ?

Françoise Coutellier : L'enseignement primaire et l'enseignement secondaire présentent des modes d'organisation très différents, qu'il s'agisse de la structuration de l'école elle-même ou du partage des compétences avec la collectivité, voire de l'accès aux ressources financières. Tirer de l'expérience du déploiement des ENT dans le secondaire, des éléments utiles au déploiement dans le primaire n'est donc pas chose simple.

Tout se passe comme si l’ENT était avant tout un outil « social » : il ne peut être intégré, approprié qu’en « collant » à la réalité organisationnelle de son cadre de déploiement. Ainsi le « blog de classe » qui fonctionne bien dans le primaire à davantage de mal à exister dans le collège ; la convergence des parents sur le cahier de textes dans le secondaire, n’a pas tout à fait le même sens dans le primaire, où il est plutôt carnet de leçons. Peu de points comparables donc.

On peut conserver à l'esprit les remarques concernant la stratégie de déploiement – caractère rapide et massif du déploiement, etc. – mais il semble que les similitudes s'arrêtent là.

Et demain, quels enjeux pour les ENT ?

Françoise Coutellier : Le premier objectif me paraît être de couvrir ce qu'on peut appeler les « zones blanches ». Il demeure en effet des territoires qui ne disposent pas d'un déploiement collectif des ENT, sous un mode partenarial ou sous d'autres modes de déploiement. Ceci peut être en train de créer – ou d'entretenir – une inégalité entre territoires qui ne manque pas de pénaliser les élèves qui résident dans ces zones blanches.

Il existe aussi des projets – en petit nombre – qui connaissent une fréquentation médiocre de l'ENT. L'expérience acquise sur la majorité des projets qui présentent désormais une fréquentation intense, doit permettre de comprendre les facteurs à l'origine des difficultés rencontrées ici et là. Curieusement, on entend parfois davantage parler de ces projets qui fonctionnent mal que de ceux qui fonctionnent : on aime bien parler de la pluie plutôt que du beau temps…

Le second enjeu paraît être de mieux partager entre projets actifs et projets en démarrage, les stratégies utiles à un développement rapide des usages. On a déjà noté quelques éléments : déployer rapidement sur deux à quatre ans au maximum ; déployer collectivement, c'est-à-dire dans le cadre des partenariats prévus par l'appel à projets initial : les projets trop spécifiques, trop « intimes », insuffisamment partagés, ont une espérance de vie moindre ; enfin bien présenter l’ENT comme un outil polyvalent à « appropriation variable » : il n'existe pas de « bon usage » de l'ENT, il n'existe pas d'usages « prescrits », ni d’usages « nobles »… Une bonne appropriation de l'outil repose sur la perception de cette polyvalence, de cette pluralité d'usages qu’il permet.

Plus largement, et c'est peut-être le troisième enjeu, il faut se doter d'une connaissance commune de la fréquentation effective de l'ENT – ce qu'on en fait, ce que cela produit,… C'est semble-t-il ce à quoi le ministère en charge de l'éducation nationale s'est attelé à travers le projet EVALuENT. C'est aussi ce à quoi contribue la mise en œuvre du dispositif de mesure d'audience qui met en commun des plans de marquage pour les quelques 9 plateformes en usage, et contribue ainsi à un « langage » unifié et une culture commune de l'ENT. Jusqu'à présent, les données sont restées la « propriété » de chaque projet, au sens où des données plus collectives n'étaient pas mises en commun.

L'état de maturité de la grande majorité des projets est aujourd'hui telle que le moment est peut-être venu de mettre en commun ces informations sur une base de volontariat, au sein, par exemple, d’un dispositif plus collectif de type « open data ».

*

A propos - Mentions légales - Conditions générales d'utilisation